24 avril 2007

Gallipolli/Les Dardanelles : Une histoire commune

Vous aurez remarqué que depuis quelques posts je parle beaucoup de la Première Guerre Mondiale. Il faut dire que c'est une partie de l'Histoire qui me passionne. De plus la Nouvelle-Zélande et la France y partagent une triste histoire commune.

AR05_inside_cover1

Gallipoli où, comme on l'apprend dans les livres d'histoire de 1ère (du moins à mon époque),  les Dardannelles se situe en Turquie. C'est là qu'eu lieu, pendant la Première Guerre Mondiale,  le second plus grand Débarquement de l'histoire mais aussi un terrible massacre et de d'horribles et inutiles pertes humaine similaire à la tragédie du chemin des Dames en France.

warmapbig

Le but de cette bataille était de contrôler la mer de Marmara en Turquie et les détroits des Dardannelles et du Bosphore pour sortir la Russie de son isolement en ouvrant un nouveau front au Sud-Est de l'Europe.  C'est Winston Churchill qui, en novembre 1914,  eu L'idée d'éliminer l'Empire Ottoman de la guerre par une action navale. Selon le plan initial, une force navale devait attaquer le détroit afin d'ouvrir la route vers Istanbul.  Malgré les réserves présentées de plusieurs côtés, ce plan fut dûment approuvé en janvier 1915.

Les premières troupes britanniques et françaises débarquèrent du côté dit européen de la péninsule de Gallipoli à partir du 25 avril 1915.

Les troupes françaises débarquèrent essentiellement en-dessous de Sedd Ul Bahr, une position turque fortement armée et défendue située à la pointe de la presqu'île de Gallipoli. Cette manoeuvre, reconnue comme une grossière erreur stratégique, se concrétisa par des dizaines de milliers de morts.

Landing_at_Anzac_Cove_PAColl_0063_03

Les 25, 26 et 27 avril 1915, au lieu d'être débarqués sur une plage large et plate, comme il était prévu, les Anzac's (Australiens et Néo-Zélandais regroupés dans "The Australians and New Zealand Army Corps") se retrouvèrent au pied de falaises abruptes d'où les troupes adverses, bien organisées et armées, les bombardèrent pendant les trois jours que durèrent leur débarquement. Les Anzac's périrent par milliers sur cette plage nommée plus tard "Anzac Cove".

Commença alors une guerre de tranchées où les hommes de l'Alliance, acculés à la mer, mouraient sous les balles et les obus, mais également du typhus, de la gangrène et de la famine, tandis qu'en Grande-Bretagne les chefs de guerre tergiversaient pour savoir si oui ou non il était bien utile de retirer les troupes engagées malgré l'évidente impossibilité de gagner du terrain. Sur le terrain, côté français, on s'efforçait de prendre quelques centimètres aux forces turques. Le 14 mai 1915, le général Gouraud prit le commandement du corps expéditionnaire français, réorganisa les positions et fit reprendre l'offensive le 1er juin

45a

Finalement, à l'automne 1915 fut prise  la décision de retirer ce qui restait des troupes engagées à Gallipoli.

A Londres, le désastre de Gallipoli et son infâme tombereau de cadavres entraîna la démission de nombreux membres du gouvernement. Winston Churchill, lui, resta à son poste.

Il y eut près de 90 000 morts et 170 000 blessés du côté des Turcs et 50 000 morts et 100 000 blessés du côté des Alliés, parmi lesquels 10 000 soldats français morts au champ d'horreurs et 20 000 autres blessés.

gallipoli

La bataille des Dardanelles, le massacre devrait-on plus exactement dire, est plus connue sous le nom de "campaign of Gallipoli" par les Australiens (9 000 morts et 20 000 blessés à Gallipoli) et Néo-Zélandais (3 000 morts et 5 000 blessés), eux aussi bravement et massivement envoyés au casse-pipe par la Grande-Bretagne "reconnaissante". Cette opération devait représenter pour l'Australie une grande avancée politique car, bien que les décisions stratégiques soient encore prises par Londres, son armée était enfin dirigée par des officiers, non pas britanniques, mais australiens. Et effectivement, c'est à partir de cette période que les Australiens ont eu le sentiment que leur nation avait le droit d'exister par elle-même, un droit acquis au prix du sang versé à Gallipoli. Quel prix monstrueux !

Posté par coconz à 11:23 - - Commentaires [20] - Permalien [#]


Commentaires sur Gallipolli/Les Dardanelles : Une histoire commune

Nouveau commentaire